[AVIS LECTURE] Un royaume de chair et de feu [SPOILER]

Bonjour à tous ! Enfin il est là et comme prévu je l’ai dévoré ! Je vous parle donc du tome 2 du Sang et la Cendre de J.L.Armentrout. Attention cet article va comporter des spoilers.

Un royaume de chair et de feu de J.L. Armentrout

Le résumé:

L’amour est-il plus fort que la vengeance ?

Une trahison…
Tout ce en quoi Poppy a toujours cru est un mensonge, y compris l’homme dont elle est tombée amoureuse. Jetée au sein de ceux qui la voient comme le symbole d’un royaume monstrueux, elle sait à peine qui elle est sans le voile de la Pucelle.

Un choix…
Le prince d’Atlantie, Casteel Da’Neer la retient prisonnière. Il a besoin d’elle vivante et en bonne santé pour atteindre ses objectifs. Il a de grands projets pour Poppy, des plans qui pourraient lier leurs vies et changer la destinée de leurs royaumes. Être auprès de lui est dangereux et sensuel comme sa morsure, mais il représente le seul moyen pour elle de retrouver son frère Ian. Pourra-t-elle résister à la tentation ?

Un secret…
Alors que de nombreux dangers l’entourent et que ses capacités à ressentir la douleur et les émotions se développent, les Atlantiens commencent à la craindre. De sombres secrets sont en jeu, imprégnés des péchés sanglants de deux royaumes qui feraient n’importe quoi pour garder la vérité cachée. Mais lorsque la terre commencera à trembler et que le ciel se mettra à saigner, il sera peut-être déjà trop tard…

Mon avis:

J’ai lu le premier tome en février 2022 et ça été un vrai coup de cœur. J’attendais donc ce deuxième tome avec impatience surtout après le cliffhanger de la fin du tome 1.

Et justement avec un tel retournement de situation on a l’impression que tout change et qu’on lit une toute nouvelle histoire. Les personnages se redécouvrent et nous les redécouvrons aussi. Hawke pour une raison évidente. J’ai cherché tout au long de ce deuxième livre des indices me prouvant qu’il n’avait pas mentit sur toute la ligne. En ce qui concerne Poppy, elle se découvre elle-même dans ce second livre. J’ai vu celui-ci comme un voyage initiatique même si on ne bouge pas beaucoup ce sont les rencontre qu’elle fait qui la font évoluer.

Elle découvre un nouveau monde où tout ce qu’elle pensait savoir se révèle n’être que des mensonges. Elle voit donc les choses autrement. Ce tome est très introspectif. J’ai beaucoup aimé cet aspect. Je trouve que cela rapproche le lecteur de Poppy. Cette héroïne est de plus en plus intéressante. Ce n’est pas juste une héroïne badasse. Elle doute, elle a peur, elle ne sait pas. J’aime cette profondeur du personnage. Cela nous permet de nous identifier à elle. Évidemment il est assez rare que nous soyons confronté à des situations comme les siennes mais chercher à savoir qui nous sommes, remettre en question nos croyances, perdre confiance en les personnes en qui nous croyions, ça, nous pouvons y être confronté.

Bien sûr cela donne un tome plus lent que le précédent, mais pour moi c’est nécessaire. Si Poppy avait changé du tout au tout directement cela n’aurait pas été crédible. Les rouages mettent du temps à se mettre en place. Je prévois beaucoup plus d’action pour le tome trois.

J’ai aussi beaucoup aimé l’évolution du couple Hawke-Poppy. On passe sur un Ennemie-To-Lover dans ce tome et j’ai beaucoup aimé. Poppy rancunière j’adore ! Leur relation évolue tout au long de ce tome. Et je trouve que là aussi la lenteur du tome est justifiée. Un triangle amoureux pour le tome 3 ? (Dites moi ce que vous en pensez !)

Et alors cette fin ! Mind-Blow !

Bon effectivement j’ai un peu moins aimé ce tome 2 par rapport au 1. Mais dans le premier tome, il y avait aussi le goût de la découverte alors qu’ici il y avait l’exigence de l’attente. Ça reste quand même ma deuxième saga coup de cœur. Et j’attends le tome 3 avec impatience !

  • Le sang et la cendre, tome 2: Un royaume de chair et de feu
  • J. L. Armentrout
  • De Saxus
  • 637 pages
  • 12 août 2022

Je vous souhaite une semaine pleine de belles lectures ! Et bon courage pour la reprise du boulot.

Myosotis ♥

[AVIS LECTURE] La papetrie Tsubaki de OGAWA Ito

Aujourd’hui je partage avec vous une petite douceur, après Le restaurant de l’amour retrouvé j’ai lu La papetrie Tsubaki et je suis toujours autant fan de la plume de Ogawa Ito !

Le r
de Ogawa Ito

Le résumé:

Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres.
Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d’un singe, des lettres d’adieu aussi bien que d’amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.
Et c’est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre de réconciliations inattendues.

Mon avis:

A l’heure où j’écris ces mots, il est minuit un samedi soir et j’ai lu cette merveille presque d’une traite. Tout comme le restaurant de l’amour retrouvé on est sur un doudou, un pépite, une douceur. J’ai lu ce livre par une belle journée ensoleillé alors que je sentais le vent sur ma peau et que j’entendais les oiseaux chanter: Les conditions parfaites pour ce livre.

A première vue, j’avais peur que ce genre de livre soit long, difficile à lire, mais ils m’apaisent beaucoup. Lire ce genre de livre me calme particulièrement. Et quand je suis en plein milieu d’un lecture de Ogawa Ito je me surprends à faire attention a mes ressenties, à ce que mes sens me renvoient. Le livre est effectivement lent, je vous l’accorde. Je pense qu’il faut être en phase avec cela avant de le commencer pour vraiment en apprécier la substance.

On y retrouve Poppo qui retourne dans la maison de son enfance après la mort de l’Aîné (sa grand-mère) pour reprendre la papeterie familiale. Elle y vend des articles de papeterie comme son nom l’indique mais elle est aussi écrivaine publique. Un métier, qu’elle apprend a aimer tout au long du livre. Celui-ci se déroule sur un an, de printemps à printemps. Poppo va faire des rencontres qui vont changer sa vie et la changer elle-même.

J’ai tout de même trouvé que le thème du retour d’un jeune femme dans son village d’enfance, avec une figure maternelle avec laquelle elle n’a pas de bonne relation ressemble assez au restaurant de l’amour retrouvé. On retrouve aussi une description très méthodique des procédés utilisés par Poppo, notamment pour écrire des lettres: le choix du papier, de l’encre, la préparation de celui-ci, les règles d’écritures, de politesse. On retrouvait le même style de description avec la cuisine. Dans les deux cas on retrouve une jeune femme qui se cherche et qui va se trouver grâce à des rencontres.

J’aime découvrir la culture japonaise dans ces livres. On y trouve beaucoup de description qui nous aime à comprendre de quoi on parle. Je me suis demandé si cela avait été ajouté pour les lecteurs occidentaux, histoire d’éviter les notes de bas de pages.

J’ai adoré rencontré Poppo, et j’ai hâte de lire d’autres livres de Ogawa Ito. J’espère vous avoir donné envie de lire la papeterie Tsubaki et le restaurant de l’amour retrouvé. Pour retrouver l’article que j’ai écrit sur ce dernier livre c’est ici !

  • La papeterie Tsubaki
  • Ogawa Ito
  • Picquier Poche
  • 416 pages
  • 2021

Je vous souhaite une belle semaine et de belles lectures !

Myosotis ♥

[AVIS LECTURE] Les os du Diable, une enquête des soeurs Brontë de Bella Ellis

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je vous parle du deuxième tome du cosy mystery Une enquête des soeurs Brontë. Et je peux déjà vous prévenir: je l’ai préféré au premier.

Une enquête des soeurs Brontë, 2: Les os du Diable de Bella Ellis

Le résumé du tome:

Parfois, on tombe sur un os…
Haworth, février 1846. Une macabre découverte pique la curiosité des sœurs Brontë : des ossements ont été retrouvés dans la cheminée de Top Withens Hall. La domestique, superstitieuse, est persuadée que cette affaire est de mauvais augure pour toute la maisonnée. Elle met en garde les trois sœurs : une rumeur glaçante court au sujet de la famille Bradshaw. On raconte que Clifton Bradshaw, au bord de la ruine, aurait vendu son âme au diable en échange d’une immense fortune. Ce pacte maléfique aurait-il un rapport avec les os cachés dans l’âtre ? Anne, Emily et Charlotte vont apprendre à leurs dépens que le diable en personne a tendu un piège meurtrier et qu’elles sont tombées dedans…

Mon avis:

Dans un premier temps, on retrouve ce que j’avais beaucoup aimé dans la premier tome: l’ambiance gothique. Mais je l’ai trouvé encore plus forte dans ce tome. Est -ce parce que cette fois l’histoire se passe en hiver ? Il neige. Les sœurs sont contraintes par le mauvais temps. Il y a aussi des petits côtés surnaturelles ou en tout cas très mystérieux qui ajoute à cette ambiance. A la lecture du livre, j’ai tout de suite pensé aux Vanités, ces tableaux qui représentent des crânes et qui nous rappelle que la mort est toujours présente.

J’ai préféré ce tome au premier, effectivement celui-ci était moins introductif ce qui est normal pour un deuxième tome. J’ai aussi trouvé que je m’y retrouvais mieux entre les sœurs. C’est quelque chose qui m’avait dérangé dans la mariée disparue. Ici je connaissais déjà les sœurs et leurs personnalités ce qui m’a empêché de m’embrouiller. On entre aussi plus vite de le vif du sujet, et l’enquête en elle-même.

Pour ce qui est de celle-ci, je l’ai trouvé très bien menée. J’ai trouvé qu’il y avait plus d’éléments et de rebondissement que dans le premier tome. Les sœurs se séparent souvent pour enquêter ce qui fait avancer l’enquête plus vite. Et alors cette fin ! Mais je ne m’y attendais pas du tout elle est excellente !

Branwell est plus présent dans ce tome. J’aime bien son personnage tourmenté, mais je le trouve parfois un peu monotone avec son chagrin d’amour qui n’en fini pas. En même temps, s’il était comme ça dans la vraie vie (tout porte à croire que c’était le cas) je comprends que ce soit aussi le choix de l’autrice. Je n’ai pas vraiment de préférence entre les sœurs. Mais je dirais que j’aime un peu moins Charlotte.

On retrouve le thème de la condition des femmes, ainsi que le thème de l’écriture. Dans ce tome, il est question du recueil de poésie que les sœurs ont publié chez Aylott & Jones. En effet, elles le publient sous les pseudonymes: Currer, Ellis and Acton Bell. Dans le livre il y a quelques belles citations sur l’écriture:

Pourquoi tes réflexions sincères et vraies n’auraient-elles pas la même saveur que les mots jamais écrits par quiconque? lança Emily. Quel plus grand mérite y a-t-il que la communication de l’expérience d’un âme humaine à une autre? Dans ce monde d’homme, les auteurs cherchent à s’élever au-dessus de l’ordinaire, leurs pensées doivent être supérieurs, leurs sentiments plus puissants que les tiens ou les miens. Ce ne sont que des artifices, Anne. Tes pensées, tes sentiments, ton ressenti, comme tu le dis, sonneront juste auprès de ceux qui te liront. Ils y verront de l’intégrité, et même si tu ne connaîtras jamais leur nom, eux et toi serez liés d’une certaine manière, pas seulement maintenant mais pour toujours. De plus, tu es la plus courageuse de nous toutes, toi qui dis la vérité et ne recules devant rien.

Bella Ellis- Une enquête des sœurs Brontë, 2: Les Os du Diable

Je vous recommande donc vivement cette série de cosy mystery hyper original surtout si vous aimez les sœurs Brontë, les ambiances gothiques, l’Angleterre. Pour l’instant, la série ne compte que deux tomes.

  • Une enquête des soeurs Brontë, 2: Les Os du Diable
  • Bella Ellis (Rowan Coleman)
  • Hauteville
  • 2021

Myosotis ♥

[AVIS LECTURE] Saga Campus Drivers de C.S. Quill

Bonjour à tous,

Attention, aujourd’hui je vous parle d’un énorme coup de cœur !

Les trois tomes de la saga Campus Drivers de C.S. Quill

Résumé du premier tome :

L’année universitaire qui débute promet d’être radieuse pour Lane O’Neill. Campus Drivers, l’application qu’il a fondée avec ses meilleurs amis, cartonne. Le concept est simple : jouer les taxis pour étudiant, au volant de voitures de collection. Les filles en raffolent, et les quatre chauffeurs ont à cœur de ne jamais décevoir leur clientèle.
Lane n’a qu’un seul défaut aux yeux de la gent féminine : il ne s’attache pas. Jamais. Dès qu’il pousse la porte de chez lui, il aspire à ce qu’on lui fiche la paix.
Alors comment se retrouve t-il à héberger Lois Hogan, la fille que son voisin vient de larguer ?

Mon avis:

J’ai découvert cette saga lors de sa sortie en format poche chez Hugo Romance. @les.lectures.de.mya en avait fait une hyper bonne pub sur instagram et comme je sais qu’en général nos goûts sont assez similaire, j’ai décidé de me lancer dans le New Romance.

Il faut savoir que je n’avais jamais lu de livre de ce style, le New romance ou plutôt le New Adult. Un style qui d’après ce que j’ai trouvé comme info sur internet s’adresse plutôt à une tranche d’âge 18/30 ans, il s’agit d’histoire d’amour, avec en générale des scènes de sexe plutôt explicites. J’ai adoré, cette saga de C.S. Quill, pour les histoires d’amour forcément mais surtout pour l’humour.

J’ai énormément rigolé, pendant la lecture des trois tomes. Cela grâce à la plume de l’autrice qui est superbe. Les dialogues sont percutants, super bien menés et ça marche tellement bien. Chez les Campus Drivers, on est dans un groupe de copain qui se connaissent depuis pas mal de temps, voir la naissance pour certains. Des éternels célibataires, jouant de leurs charmes à la perfection jusqu’à ce qu’ils découvrent leurs moitiés. C’est souvent la confrontation de ces beaux mecs avec des filles qui les remettent à leurs places qui crée ces dialogues si drôles. Et quand je vous dis que j’ai rigolé, c’est que vraiment, j’ai rigolé à gorge déployée devant mon mari et ma fille qui se demandaient ce qui m’arrivait.

Mais au delà, de cette humour et de ces histoires d’amours qui, elles, ont plutôt un schéma classique (mais efficace). Ce qui m’a le plus plu c’est les personnages. On y croit. Ils sont vraiment bien détaillés, ils ont une vraie profondeur. Et même les plus lourds (comme Lewis par exemple hein !) deviennent attachants au fur et à mesure de l’histoire. On les comprend, même quand ils font des choses débiles. Et on a qu’une envie c’est de les prévenir !

J’étais super contente de les retrouver à chaque tome, comme un groupe de copain qu’on ne voit pas souvent mais qu’on aime énormément. Sans parler de la fin du tome 1 qui est clairement une torture !

Ce qui me faisait peur en réalité s’était les scènes de sexes. J’avais peur que ce soit un peu trop trash pour moi. En réalité, ça s’est plutôt bien passé, même si ça n’est pas la partie de je préfère. Elles n’auraient été que suggérées que ça n’aurait rien changé pour moi. Mais je comprends, tout à fait, cette idée d’assumer sa sexualité en temps que femme.

Mon tome préféré après avoir fini la saga c’est le tome 2. Je suis clairement #teamDonovan ! C’est le plus mignon de tous. Avec Adam évidemment, mais je ne sais pas s’il aura un tome pour lui. Dans chaque tome, on découvre un Campus Drivers différent, d’abord Lane, puis Donovan et enfin Lewis. Chacun à une personnalité bien différente et c’est pareil pour les filles. C’est vrai qu’avec trois tomes on aurait pu se retrouver avec des personnages et des histoires assez similaires mais ce n’est pas le cas et j’ai vraiment adoré.

J’ai tellement aimé cette saga, que j’ai envie de lire tous les livres de C.S Quill, j’ai déjà Fan Squad, son dernier roman qui est sortie en mai dernier (et en plus il est dédicacé je suis joie !!). Je vais bientôt le livre. Je voulais vraiment fini la saga des Campus Drivers avant de le commencé car j’ai vu sur instagram qu’il y avait des petites références à cette saga dans Fan Squad. On peut trouver ses précédents livres sur Vinted assez facilement.

Bref, lisez Campus Drivers et découvrez C.S Quill !

Très bon dimanche, bonne semaine et bonne lecture !

Myosotis ♥

[Avis lecture] La villa aux étoffes de Anne Jacobs

Bonjour tout le monde !

Aujourd’hui je vous parle d’une nouvelle série historique que je viens de commencer : La villa aux étoffes !

La villa aux étoffes de Anne Jacobs (Édition Charleston)

Résumé:

Dans l’Allemagne de 1913, dans l’apparat d’une grande somptueuse maison bourgeoise, maîtres et domestiques se croisent et se côtoient, partageant joies, drames, secrets et amours interdites. La jeune orpheline Marie occupe le poste de femme de cuisine dans l’imposante résidence de la famille industrielle Melzer.
Alors que Marie cherche sa place parmi les domestiques, l’agitation règne lors de la saison des bal : Katharina, la belle et plus jeune fille des Melzers, doit être introduite en société lors de cette saison.
Seul Paul, l’héritier de la famille, se tient à l’écart et préfère sa vie étudiante à Munich – jusqu’à ce qu’il rencontre Marie …
Tandis que la guerre approche, petite et grande histoire se mêlent, palpitantes, pour nous plonger au cœur d’une saga inoubliable.

Mon avis:

Ça faisait très longtemps que cette série me faisait de l’œil. Pour rappel, je suis bénévole dans une bibliothèque et une dame nous avait donné toute la série. (Une femme exceptionnelle vous vous en doutez). A partir du moment où on les a mis en rayon, je n’ai plus jamais vu le premier tome, il était tout le temps réservé. Ayant pas mal de livre dans ma PAL personnelle, je me disais que je le lirai si jamais je le voyais. Mais j’ai quand même craqué et je l’ai réservé.

Le problème c’est que je l’ai commencé au moment où j’ai commencé un nouveau boulot. J’ai donc pris beaucoup plus de temps à la lire que nécessaire. J’ai donc trouvé ce livre assez long mais je pense que c’est surtout lié au fait que je l’ai trainé longtemps.

J’ai vraiment aimé découvrir l’ambiance de ce début de siècle et particulièrement en Allemagne. L’ombre de la Guerre, plane sur tout le récit et pourtant rares sont les personnages qui prennent cette menace au sérieux. J’ai trouvé ça super intéressant de voir ce que pensent les personnages tout en sachant que la Grande Guerre est imminente et pour cause : le romans se termine en juin 1914.

J’ai aimé cette histoire de grande maison, découvrir le côté des domestiques et celui des maîtres. C’est vrai que dans mon imaginaire, être domestique se rapproche assez de la condition peu enviable d’esclave. Mais en faite pas du tout, les domestiques sont très attachés à leurs maîtres et ils sont très fières de faire partie de la villa. Être domestique dans cette grande maison est une position enviable à cette époque pour quelqu’un de cette catégorie sociale.

Et justement la richesse des Melzer leur vient de leur usine textile. Le père Johann Melzer fait partie des nouveaux riches. Dans cette usine, on découvre la position des travailleurs qui n’est pas aussi facile que celle des domestiques. On commence d’ailleurs dans ce tome à entendre parler de syndicalisme et de grève. On parle aussi de village ouvrier et de toutes les infrastructures auxquelles les ouvriers ont le droit sous réserve qu’ils restent des ouvriers modèles. Ça fait réfléchir sur le côté paternaliste du directeur d’usine.

Il y a aussi Katharina et Marie, l’une est la fille de Melzer et l’autre une jeune orpheline. Elles vont se liés d’amitié malgré leurs différences. Katharina est passionnée d’art et rêve de quitter la villa pour partir à Paris. Marie veut simplement découvrir d’où elle vient. Le contact entre ces deux filles est super intéressant et amène une réflexion intéressante sur la place de la femme au début du siècle. Là encore, on sent les prémices d’une émancipation. On nous parle même du droit de vote des femmes. Évidemment, les envies loufoques de Katharina se heurte à son père qui malgré son statut de nouveau riche représente tout de même les règles établies.

Il y aurait encore énormément de facette de ce livre a analyser mais ma chronique risquerai d’être gigantesque et imbuvable. Du coup, je vais m’arrêter ici. J’ai passé de très bon moment de lecture avec ce roman et même si j’ai mis beaucoup trop de temps à le livre, quand je l’ai fermé les personnages m’ont manqué. J’ai très hâte de lire là suite !

Bonne semaine ! Bonne fête aux Papas et à dimanche prochain !

Myosotis ♥

[MANGAS] Magus of the library (5 tomes – en cours)

Bonjour à tous!

Ça fait très longtemps que je ne suis pas venue vous parler de mangas. Je me rattrape aujourd’hui pour vous parler d’un de mes mangas préférés: Magus of the library de Mitsu Izumi.

Magus of the library

Résumé:

« Le livre. Une source de savoir, une accumulation de signes chargés de sens, un précieux héritage qui relie passé et futur. C’est un mage qui me l’a dit un jour : protéger les livres, c’est tout simplement… protéger le monde ! »

Pour le jeune Shio, qui passe son temps libre plongé dans les romans, les récits extraordinaires sont un refuge face à la brutalité du quotidien. Son rêve est de partir pour la capitale des livres, où sont rassemblées toutes les connaissances du monde. Un projet utopique pour un gamin sans ressources… jusqu’au jour où des envoyées de la fameuse bibliothèque centrale débarquent dans son village ! Le miracle qu’il appelle de ses vœux depuis si longtemps est-il sur le point de se réaliser ?

Mon avis:

Bon, alors là, clairement, on est sur mon manga préféré, mais c’est totalement justifié. D’abord, pour ses dessins. Ils sont fins, pleins de détails, chaque planche est une œuvre d’art en elle-même.

Scan Magus of the library (Source: Nautiljon)

Ensuite, il y a l’ambiance. L’histoire se passe dans une pays où plusieurs ethnies cohabitent. Une guerre a eu lieu il y a longtemps mais maintenant la paix est revenue même si les a priori sont encore très présents. Le personnage principale est un métis: mi ancien-persécuteur, mi ancien-persécuté. Dans son villages, il n’est pas très bien accepté, mais il reste un petit garçon très joyeux et surtout passionné de lecture. Son rêve est de devenir Kahuna (protecteur des livres) après une rencontre avec l’un d’eux dans son village. En arrivant, à l’école des kahunas dans la capitale, il est confronté à plusieurs représentants des différentes ethnies, chacun apprend à vivre avec l’autre et découvre leurs différences. Le style des dessins est très orientales. Il y a une pointe de fantastique, avec notamment une ethnie qui ressemble beaucoup à des fées et de la magie.

Le côté restauration, création de livre est très présent. On apprend plein de chose dans ce domaine, sans que ce soit non plus trop documentaire. Cela entre parfaitement bien dans l’histoire. Et avec les dessins qui sont sublimes on comprend très bien les procédés utilisés.

Shio est tellement mignon, tellement attachant. Il est l’outsider qu’on veut voir triompher. Il est très empathique et veut le bien de tout le monde. Mais au fur et à mesure de la lecture, on se demande s’il ne serait pas un peu plus…

Les personnages secondaires, eux aussi, sont très bien fait, autant ses camarades de classes qui veulent comme lui devenir Kahunas que les professeurs et les dirigeants. Et surtout, à Afshak (la capitale) il retrouve Sedona, le kahuna qu’il a rencontré étant enfant. Celui-ci est super charismatique et on a tellement envie d’en apprendre plus sur lui !

Ce manga a commencé à sortir en France en 2019 chez Ki-oon. Il est en cours et il en sort environ un par an. Le dernier tome paru est le tome 5 et il est sorti en mars 2022. Autant vous dire que j’ai extrêmement hâte d’avoir le tome 6.

J’espère que je vous ai donné envie de lire cette merveille. Je vous souhaite une belle semaine, pleine de lecture !

Myosotis ♥

[AVIS LECTURE] La cour des Ouragans de Victor Dixen

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vous parle d’un énorme coup de coeur : le troisième tome de la série Vampyria.

La cour des ouragans – Victor Dixen

Résumé:

Un océan à feu et à sang.
Le commerce avec les Amériques, qui depuis des siècles assure la richesse de la vieille Europe vampyrique, est menacé par des hordes de pirates. Le plus sinistre d’entre eux, le capitaine Pâle Phoebus, sème un vent de terreur sur toute la côte atlantique. Louis XIV l’Immuable ordonne à sa protégée Diane d’épouser ce flibustier sanguinaire afin d’en faire un corsaire à la solde de la France.

Mon avis:

Alors là on est sur un très gros coup de coeur ! J’ai lu les deux premiers tomes en début d’année. Pour rappelle, j’avais aimé le tome 1 sans plus. Le tome deux était beaucoup mieux. Mais alors ce tome 3, c’est une merveille.

On retrouve le rythme très rapide des tomes précédents avec plein de rebondissements complètement impossibles à prévoir ! Il y a des éléments important de l’intrigue qui se développent dans ce tome ! L’histoire avance vite. C’est un vrai page Turner, impossible de poser ce livre !

J’ai vraiment aimé la réflexion sur les inégalités qui est vraiment très présente dans ce tome. On nous parle de la condition des femmes, la condition des roturiers, des noirs et bien entendu des non immortels. Jeanne est une héroïne qui ne fait aucune concession ce sera la liberté pour tous ou la mort. C’est aussi ce que j’aime dans ce personnage.

Justement les personnages sont profonds. Ils ont chacun leurs expériences, leurs aspirations et c’est la confrontation qui les fait évoluer. Et cela nous fait, réfléchir nous aussi en tant que lecteur.

Mais Vampyria, et encore plus dans ce tome, c’est surtout une ambiance. Les descriptions sont tellement bien faites qu’on visualise vraiment bien les lieux, même les plus extraordinaires. Et pourtant, ces descriptions ne sont pas trop longues et ne cassent pas le rythme de la lecture. C’est une vraie prouesse réalisée par Victor Dixen. Pendant que je lisais je faisais constamment des pauses juste pour me dire « mais c’est trop bien, c’est trop génial, j’adore! ».

Je ne sais pas vraiment quoi vous dire d’autre à part courrez acheter cette série ! L’auteur a notamment annoncé le début d’une série de BD spin off pour octobre. La suite de la série, elle, est prévue pour 2023. Autant vous dire que j’ai hyper hâte !

J’ai eu la chance de rencontrer Victor Dixen pour une dédicace. Il est vraiment très sympa ce qui me donne encore plus envie de lire ses livres. J’ai acheté le premier tome de Phobos. Je vous tiendrai au courant quand je l’aurez lu !

Sur ces belles paroles je vous souhaite une bonne semaine, et plein de belles lecture !

Myosotis ♥

[AVIS LECTURE] Premier Sang de Amélie Nothomb

Bonjour à tous,

Cette année, je sors de ma zone de confort et je lis des livres que je n’aurai jamais lu avant. Dans la liste des auteurs que je n’aurai jamais pensé lire il y a: Amélie Nothomb. J’avoue j’ai des a priori. c’est une auteur très populaire et elle a l’air très barrée. Alors, OUI je juge sur le physique c’est moche, je sais ! Et pourtant, lors de mon dernier club de lecture l’un des membres nous a présenté le livre en disant qu’il s’agissait d’une belle surprise. Il lit toujours les romans d’Amélie Nothomb sans jamais avoir de coup de cœur mais cette fois-ci apparemment c’était différent. Alors je me suis dis pourquoi pas ! Ya que les c$*@ qui ne changent pas d’avis !

Résumé:

« Il ne faut pas sous-estimer la rage de survivre. »

Sous la forme d’un conte, Amélie Nothomb raconte la vie de Patrick, son père, doux enfant angélique qui, jeune adulte, devra se confronter à la mort.
Un magnifique hommage à la figure paternelle mais aussi à un héros de l’ombre, diplomate à la carrière hors norme.

Mon avis:

Ce roman reprend toute l’histoire de Patrick de son enfance jusqu’au moment où il sera confronté à la mort. Le roman commence par cette scène où Patrick va se faire fusiller. Patrick c’est le père de l’auteur alors forcément on se doute qu’il va survivre mais ce qu’on veut savoir c’est comment. Et heureusement je suis curieuse et j’avais envie de connaître la vie du père d’Amélie Nothomb. Alors qu’il est à deux doigts de mourir il revoit sa vie défiler. J’ai bien aimé ce schéma narratif qui semble facile au premier abord mais qu’en fait je n’ai pas beaucoup croisé dans mes lectures jusqu’à maintenant. A vrai dire ça m’a beaucoup fait penser à une structure cinématographique. D’ailleurs, les descriptions très présentes dans le roman ramènent elles aussi à cette impression. C’est un roman qui m’a laissé une impression assez paisible. Il se lit très vite. Le travail d’édition est bien fait car l’écriture est aérée et agréable à lire.

En bref, j’ai beaucoup aimé ce livre. Mais il me laisse un étrange sentiment. Je me demande s’il s’agit d’un roman particulier dans la bibliographie de l’auteur ou si au contraire si j’ai aimé celui-ci je peux lire ses autres livres sans craintes. Qu’en pensez vous ?

Myosotis ♥